Saison des Feuilles Vertes
L'eau est haute, et le paysage est méconnaissable. La pluie est toujours très présente, et la température vacille entre 10°C et 18°C. Le gibier est difficile à trouver.

cats destinycats destinycats destiny Dernière gazette parue

Partagez | .
 

 Un territoire lugubre, un cimetière de brume, une pelage d'encre, des yeux de glace et un coeur de sang noir...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Un territoire lugubre, un cimetière de brume, une pelage d'encre, des yeux de glace et un coeur de sang noir...   Sam 8 Fév - 20:06

Le vent chuintait entre les troncs noueux des pins, long soupir mélancolique et brisé qui aurait arraché des frissons glacés à plus d'un. La forêt devenait éparse, les fougères se raréfiaient et les buissons les plus coriaces seuls poussaient encore en ces lieux humides. Pas une souris ne détallait, pas un oiseau de piaillait, pas un poisson ne bondissait hors de l'eau... Rien. Un silence pesant, aussi éparse et présent que le mentaux de brume qui avalait les marécages sans un bruit : lentement, tel un dévoreur silencieux, il étendait ses doigts blanchâtres, ses doigts de brouillard, au-dessus des marres stagnantes.
Étaient-ils tous morts les occupants qui avaient peuplé ces marécages ? Y avait-il seulement jamais eu un être vivant suffisamment courageux ou désespéré pour venir habiter ici ? Que leur était-il arrivé ? Un tel endroit n'avait pu être ainsi depuis toujours, si ? N'y avait-on jamais vu des bois, avant ? voir même des fleurs ? Et si tel était le cas, si ces lieux étaient devenus comme cela, alors que c'était-il passé pour que les marécages s'entendirent si loin et deviennent si morts lugubres ?
Une plaine déserte, noyée sous une nappe de brume blanchâtre qui obstruait la vue et ne permettait même pas de voir les arbres se dresser de l'autre côté des étangs vaseux, dénudée de tout arbres -les squelettes biscornus et sans feuilles qui se dressaient hors du sol comme des doigts décomposés. Des contes racontés aux chatons pour les effrayer rapportaient que la nuit, ou lorsque le vent se levait sur cet endroit mort, on entendait ces cadavres végétaux grincer comme de vieilles branches, ajoutant une énième note sinistre aux marécages. Qui, je vous pris, aurait eu l'envie de s'aventurer en territoire aussi laid, effrayant et morne ? Peu de monde. Et la silhouette fugace, féline, qui se tenait, assise toute roide sur sa souche morte, faisait partie de ces quelques exceptions. Avec son pelage aussi sombre que les ténèbres qui s’agglutinaient partout où elles le pouvaient, ici, on aurait pu la confondre avec l'ombre des squelette rabougris des arbres « d'antan ». Ou avec une souche même, un tronc fauché en deux ou encore un rocher. Immobile, silencieuse, la silhouette passait inaperçue dans ces lieux, pour peu qu'on vînt y risquer un œil et pour peu qu'on s'enfonça dans le froid brouillard.

Que pouvait-on venir chercher ici ? La solitude ? On eût pu la dénicher à bien des endroits, autrement moins lugubres que celui-ci. Alors quoi ? Même un animal en deuil n'y serait venu traîner sa misère.
Non. Tout de bon, il fallait réellement être désespéré ou dérangé pour s'égarer au milieu de cet univers verdâtre, sombre, humide... Aussi froids que le souffle du vent toujours levé, les deux cristaux bleus qui lui tenaient lieux d'yeux et qui fixaient avec un détachement mortel quelque point au loin... Ils fixaient le vide sans le voir, perdus dans la contemplation d'une autre scène, et le retrait avec lequel ils y assistaient était à l'image du visage de la chatte : fermé, dur. Pas un muscle de son corps ni de son visage ne tressautait, pas un éclair d'émotion n'apparaissait sur ses traits ou dans ses yeux. Rien qui eût pu indiquer la raison de sa venue ici, et encore moins ce à quoi elle pensait.
Un bien froid tableau. Un territoire sombre, un cimetière brumeux, un pelage d'encre, des yeux de glace et un cœur au sang noir... « Le cœur des chats du Clan des Ténèbres sont aussi durs que la roche, aussi froids que la glace et aussi noirs que les ténèbres de leur nom. » Ce proverbe, tous le connaissait dans chacun des quatre Clans, et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'était pas si infondé que ça...
avatar
Petit MensongeChaton du Clan de la Lumière
Messages : 687Date d'inscription : 18/10/2013Age : 18Localisation : Je suis là, pendue.
MessageSujet: Re: Un territoire lugubre, un cimetière de brume, une pelage d'encre, des yeux de glace et un coeur de sang noir...   Mar 4 Mar - 1:22

Voila bien longtemps que je n'étais sortis du clan pour chasser. Une maladie avait frappée le clan et le guérisseur ne trouvait pas de remède. L'air frais entourais la moindre passerelle de mon corps. Mes sourires s'étaient effacée quand j'ai aperçut l'apprenti souffrant, ses yeux d'un vert extraordinaire écarquillée de douleur. Il suffoquait et une nuit est passé avant qu'il ne périsse. Mon cœur s'était serrée de peine, sa mère le pleurant avec sa sœur et son père. Plusieurs chat on succombé peu après. L'un d'entre eux était une jolie minette, une reine morte. Heureusement une autre reine a accepter de les nourrir. Leur père les as prit sous son ailes mais la peine le fais déprimée. Notre nouveau chef Hymnes des Ombres choisit par intérim par le Clan des Étoiles espérerait vraiment trouvé le remède.


Mais ma plus grande surprises c'est qu'il m’ait choisit comme lieutenant. Mon cœur as faillit exploser. Mais je ne pensais vraiment pas que les patrouilles serait aussi dure à faire. Avec des guerriers en moins, se n'était que plus durs. J’espérai vraiment que le vent balayerai mes soucis bien loin. La saison froide partirais bientôt. Et la maladie avec, enfin je priais le Clan des Étoiles. La neige avait presque disparut de la terre. Le gibier ressortait peu à peu de leurs tanières. Mon sang se glaça, un coup de tonnerre venait de rompre mon silence intime. La pluie tomba de partout, mon pelage épais pesait lourds maintenant. Je frissonnais il fallait vraiment que je rentre au clan. Le tonnerre était l'une de mes phobies les plus fortes. Je ne tiendrais pas longtemps, je risquai surement de perde conscience. Je courut de toute vitesse jusqu'au clan, mais le lieu ou je me trouvais était bien trop loin. Je n’arrivais plus à bouger, mes pattes refusaient de me porter. Le tonnerre retomba, mes yeux s’écarquillèrent. Je ne pouvait plus bouger, je commençais à paniquer.

"- Aider moi !!!"

Mon sang se figea dans mes veines. Je hurlas dans l’espoir qu'un guerrier m'entendait. Mais rien ne venait et plus la pluie tombait. Plus je me sentait faiblir. Mes yeux commençais me bruler. Mes oreilles frémirent, je crois avoir entendus un bruit. Un guerrier ? Ou une proie ! Je cria de mes dernière force :

"- Qui que se soit venez m'aider ! Je ne peut plus bouger ! S'il vous plait ! "

Trop tard je m’écroulai dans le silence, mes yeux s’embuaient. Ma respiration se faisait de plus en plus petite ! Je ne pouvait pas rester là et mon clan dans tout ça ? Je ne peux pas rester rien faire il faut que je bouge ! Mes yeux se fermèrent et je sombra inconscient dans les ténèbres. Espérons que l'on me trouve !





Mes Persos et Ancien perso:
 

Cadeaux:
 
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Un territoire lugubre, un cimetière de brume, une pelage d'encre, des yeux de glace et un coeur de sang noir...   Lun 21 Avr - 16:46

Le tonnerre. Le ciel fut déchiré si brusquement par un éclair et gronda si fort qu'Éternelle de Glace fut arrachée à sa contemplation lointaine avec un sursaut. Lentement, son regard se leva vers le ciel qui, comme s'il venait d'être crevé, éventré, déversait ses larmes glaciales sur la terre. En l'espace de quelques secondes, ce lieux désertique et mortellement silencieux fut engloutit sous le rugissement des trombes d'eau qui heurtaient à grosses gouttes la surface boueuse des marécages.
Bientôt, la guerrière d'encre détrempée. Les premières et fines gouttes avaient glissé sur son pelage lustré comme sur le plumage d'un canard, mais elles étaient devenues plus grosses et tombaient plus drues, tant et si bien que poil lustré ou pas, l'eau pénétra l'épaisse couche protectrice. Il lui sembla que le froid mordait à pleins crocs dans sa peau. Un frisson la parcourut de la queue jusqu'à l'échine, mais Éternelle de Glace ne bougea pas.
Un cri lui parvint alors, entre deux roulement de tonnerre, inintelligible. En un quart de seconde, elle pivota, le pelage hérissé, prête à fendre l'air de ses griffes pour contre attaquer. Mais contre toute attente, aucun mouvement, aucun félin bondissant dans les airs et sur le point de la percuter. Qui a osé ? Qui osait donc venir briser SON instant, dans SON coin du territoire. Personne n'y venait. Personne n'était censé y venir ! Qui ? Qui avait eu l'idée de venir la déranger ? Qui l'avait suivi ?
« Qui que ce soit, venez m'aider ! Je ne peux plus bouger ! S'il vous plaît ! »
Un second cri, un appel à l'aide cette fois. Et parfaitement audible. La guerrière identifia aussitôt cette voix : elle appartenait à l'un des membres de son Clan. Qui ? Elle n'aurait su le dire maintenant, mais une chose était certaine, l'individu qui était venu la troubler était l'un des siens. Elle grogna, exaspérée.
D'un bond, la femelle quitta sa souche pour atterrir sur un rocher avoisinant qui perçait hors de l'eau entre deux pousses de papyrus. Se redressant sur ses deux pattes arrières comme elle savait le faire, Éternelle de Glace plissa des yeux pour repérer un quelconque mouvement aux alentours. Mais rien. Seulement des trombes d'eau tellement rapides que l'on ne pouvait plus distinguer de formes nettes au-delà de six queues. Sans compter sur la brume, quoique cette dernière s'estompait avec la pluie.
Prudemment pour éviter de glisser, la femelle se ramassa sur son cailloux et évalua la distance la séparant d'un autre rocher avant de bondir... et de glisser. Son saut se termina gueule la première dans les eaux boueuses et sales des marécages. Instinctivement, elle battit des patte, parvint à rester en surface et à nager jusqu'à ce que ses pattes trouvent appui sur le sol vaseux. Mais la guerrière le savait bien, elle ne pouvait s'attarder au même endroit trop longtemps au risque de s'enfoncer et de ne plus pouvoir décoller les pattes du sol. Alors, puisant dans ses muscles puissants, elle bondit jusqu'à la racine d'arbre mort la plus proche et réussit à se hisser dessus.
Un coup d'oeil à son pelage lui apprit qu'elle était devenu brune... de boue. Merveilleux.
Décidément, celui qui l'avait appelé alors fortement le regretter. Et elle s'apprêtait à sauter plus loin lorsqu'un mouvement sur sa gauche attira son attention ; réagissant aussitôt, Éternelle de Glace fit front, griffes sorties et crocs découverts... Elle aurait probablement attaqué si elle n'avait pas reconnu, croulant sous une couche dégoulinante de gadoue et d'algues, un félin. Une paire d'yeux complètement paniqués la fixait et la gueule de l'individu était ouverte en grand sur un cri muet. Il semblait complètement terrorisé, et même au-travers du rideau de pluie, l'odeur de sa peur lui parvenait.
La guerrière noire ravala un feulement et se contenta de grogner, sans esquisser le moindre geste pour aider l'autre. Elle avait bien le droit de le laisser se faire dessus un peu, non ? Il l'avait dérangé et par sa faute, elle était recouverte d'une couche ruisselante et nauséabonde d'eau marécageuse.
Un nouvel éclair zébra le ciel d'un éclat aveuglant, et le félin poussa un hurlement strident, complètement hystérique. Oh-oh... Il va me faire une attaque si je ne le fais pas dégager maintenant. Et, franchement, ce serait mérité. Mais à vrai dire, si ce félin était bel et bien de son Clan, alors il fallait le sauvegarder : avec l'épidémie qui ravageait ravageait ses membres, chaque guerrier était une aide précieuse que l'on ne pouvait se permettre de perdre. Ils étaient suffisamment affaiblit comme ça.
« Suis-moi. »
Et elle se détourna, cherchant des yeux l'itinéraire le plus court pour regagner la lisière de la forêt.
avatar
Petit MensongeChaton du Clan de la Lumière
Messages : 687Date d'inscription : 18/10/2013Age : 18Localisation : Je suis là, pendue.
MessageSujet: Re: Un territoire lugubre, un cimetière de brume, une pelage d'encre, des yeux de glace et un coeur de sang noir...   Lun 21 Avr - 23:09




L'image d'un chatte noire me figea sur place et je reconnus Éternelle de Glace, elle n'esquissa pas le moindre geste. Pourtant au bous d'un instant elle me demanda de la suivre. que de bonheur m'envahit, je ne mourrai pas dans cet endroit nauséabond. Les algues et la boue s'accrochaient à ma fourrure. Pourtant j'ai l'impression qu'elle ne ma pas reconnue. C'est vrais que je ne parle pas beaucoup aux autres félins du clan. Je parlais plus souvent à Fleur d'Améthyste et Étoile Noire ainsi que mes petits pour dire. Saisi d'effrois je la suivit, mes pattes tremblaient et le froid s’infiltrait à chacun de mes mouvements. Mes muscles étaient raides et engourdit, mes yeux s'affolaient autours de moi. Mes pas deviennent lourds et patauds. La forêt sombre autour de moi me faisait peur depuis ma plus tendre enfance. Ses yeux bleu glacé me fixèrent, je crois qu'elle ma prit pour une cervelle de souris à crier comme ça. En même temps ma phobie ne partiraient pas aussi simplement.

« Je te remercie Éternelle de Glace de m'avoir aidé. Je crois que tu ne me reconnais pas, c'est moi Abysse Perdue. »


Pendant un instant, le tonnerre tomba. Ma colonne vertébrale frémisse. Je ne comprendrais jamais les solitaires ou errant, ou s'abritent-ils par un temps pareil ?






Mes Persos et Ancien perso:
 

Cadeaux:
 
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Un territoire lugubre, un cimetière de brume, une pelage d'encre, des yeux de glace et un coeur de sang noir...   Jeu 17 Juil - 8:21

[ Désolée du temps de réponse que je mets à chaque fois ! Je remarque que ça fait 3 mois que tu as posté ta réponse, Étoile Perdue -et que ça fait 3 mois que je ne me suis pas reconnectée- mais j'avoue que je ne suis pas très assidue aux forums. Honte à moi de commencer des RPs que je finis un coup sur deux. Ou auxquels je réponds tous les 3 mois. o/ ]


La guerrière au pelage noir entraîna le matou hors des marécages, bondissant de roc en roc, de flaque en flaque. Bon, pour être honnête, elle ne se sentait pas de faire demi-tour pour retrouver le chemin sans risque qu'elle avait emprunté à l'allée pour aller se percher au milieu des mares boueuses et après avoir dérapé dans la vase, elle n'était plus à quelques éclaboussures près. Autant prendre le chemin le plus court et tracer en ligne droite. De toute façon, pas sûr que l'espèce d'affolé terrorisé qui la talonnait aurait survécu à un détour. Elle ne lui jeta pas un regard, se contentant de se concentrer sur l'endroit où elle allait bondir ou patauger, mais elle fut gré au félin qui la suivait de ne plus hurler à chaque coup de tonnerre. Au moins avait-il le bon sens de garder ses cris pour lui et d'épargner ses pauvres oreilles.
Finalement, lorsque les deux félins parvinrent à l'orée des marécages, non sans patauger sur plusieurs longueurs dans la boue, la vase et les algues, l'eau léchant leur ventre, avant de parvenir à s'arracher au sol enlisant et toucher à nouveau terre ferme. D'un même mouvement, ils s'élancèrent vers les sous-bois, le matou visiblement pressé de s'abriter. Éternelle de Glace ravala un ricanement en le voyant la dépasser en trombe.
Quand elle le rejoignit sous les branches basses d'un pin touffu, il était plié en deux, le souffle court et avalait de grandes goulées d'air.
« Je te remercie Éternelle de Glace de m'avoir aidé, miaula t-il d'une voix rauque. Je crois que tu ne me reconnais pas ; c'est moi, Abysse Perdue. »
La femelle resta de marbre, se retenant d'arquer un sourcil. Ça me fait une belle patte... Elle se garda bien de lui signaler que, elle, elle ne le connaissait pas. Son nom lui évoquait vaguement quelque chose, mais pour le peu qu'elle s'intéressait aux membres de son propre Clan... Pourtant, elle s'entendit répondre d'un ton froid, sarcastique :
« Ah, Abysse Perdue... Faut dire que ni l'odeur ni la boue qui te recouvre n'auraient pu m'éclairer beaucoup sur ton identité. »
Quelque part au-dessus d'elle, une branche ploya sous le poids de la pluie et l'eau froide dégringola et l'aspergea. Hérissant le pelage et bondissant de côté, Éternelle de Glace maudit en son for de tous les noms le responsable d'un tel temps, quel qu'il soit. La morsure du froid commençait à lui geler les os et elle sentait ses pattes s'engourdir progressivement. Jetant un regard glacial à Abysse Perdue, elle aboya :
« Ça te dirait pas de rentrer ? Je commence à en avoir ma claque de ce temps de chien ! »
Guérisseuse du Clan de la Lumière
avatar
Pistache AmbréeGuérisseuse du Clan de la Lumière
Messages : 2054Date d'inscription : 22/07/2013Age : 20Localisation : Bonne question
MessageSujet: Re: Un territoire lugubre, un cimetière de brume, une pelage d'encre, des yeux de glace et un coeur de sang noir...   Sam 13 Sep - 10:13

Éternelle de Glace n'étant plus active, je classe Abandonné. Envoyez un MP a un membre du Staff pour reprendre le RP.


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un territoire lugubre, un cimetière de brume, une pelage d'encre, des yeux de glace et un coeur de sang noir...   

 
Un territoire lugubre, un cimetière de brume, une pelage d'encre, des yeux de glace et un coeur de sang noir...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [lieu] Le cimetière et la Morgue
» Cimetière de Konoha
» Haiti, bientot un territoire des Etats-unis d'Amerique!
» Les Gardiens du territoire Centaure
» [Cimetière] Funéraille d'aurore

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cats Destiny :: Nostalgie :: Archives :: Rp terminés ou abandonnés :: Rp Abandonnés-