Saison des Feuilles Vertes
L'eau est haute, et le paysage est méconnaissable. La pluie est toujours très présente, et la température vacille entre 10°C et 18°C. Le gibier est difficile à trouver.

cats destinycats destinycats destiny Dernière gazette parue

Partagez | .
 

 Une balade au parc [Ébène & Perlita]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
PistacheDomestique
Messages : 106Date d'inscription : 22/01/2015Age : 17Localisation : Dans ma maison
MessageSujet: Une balade au parc [Ébène & Perlita]   Dim 1 Mar - 22:59


Une balade au parc
 




Ébène & Pistache

De chauds rayons du soleil innondaient la pièce principale. Allongé sur le canapé, je me prélassa au soleil, et frémit de bonheur. L'hiver passait petit à petit. La neige commençait à fondre, et le froid à disparaître. Remplacés par les rayons chauds de l'astre du jour et par les nouvelles fleurs. Dommage, il n'y aura plus de flocons de neige tombant des cieux, avec les quel je pourrais m'amuser à les attraper. Mais, il y aura toujours les papillons et les sauterelles ! 
Derrière la maison, une baie vitrée séparait le salon du jardin. Cette dernière venait d'être ouverte par la dame habitant la maison. Je m' assit et entreprit de commencer ma toilette. Mais après quelque minute, ne savant plus quoi faire, je sauta de ma litière de fortune et avança paisiblement vers le jardin. Une fois les pattes à l'extérieur, je savoura ce moment en fermant les paupières. Qu'il était bon de sentir à nouveau la douce herbe carresser mes coussinets roses.  Je tourna la tête et d'un regard circulaire, j'inspecta la hais du jardin. Qu'elle est haute  ! Je m'avança prudemment jusqu'à elle, puis leva la tête. Une fissure les buissons laissait entre voire la route. Je m'y engagea prudemment et traversa la route en courant. Je sauta sur le trottoir d'en face et prit une pause pour reprendre mon souffle. Je reprit alors mon chemin. Tout était si grand  ! Les passants passèrent sans me regarder. Alors que j' avançais tranquillement, je sentis dans mon dos un souffle chaud. Je me retourna surpris : un chien ! Un chiense tenait face à moi ! Ce dernier commença alors à aboyer  ! Prit de panique, je m' élança dans une course folle  ! Je ne pouvais pas m'arrêter  ! Je ne pouvais ralentir  ! Une sombre silouhette se dressa devant moi, mais il m' était impossible de freiner, j'allais bien trop vite pour cela  ! Et ce qui arriva, arriva...

BOUM

Je me cogna dans cette étrange ombre se dressant devant moi...


© A-Lice | Never-Utopia






Spoiler:
 


Dernière édition par Pistache le Lun 2 Mar - 22:28, édité 1 fois
avatar
ÉbèneSolitaire
Perso Etoile : Soupir du RessacFiche Etoile : Présentation de Souac par ici !Messages : 322Date d'inscription : 25/12/2013Age : 17Localisation : Froid polaire.
MessageSujet: Re: Une balade au parc [Ébène & Perlita]   Lun 2 Mar - 22:04


La solitaire était presque heureuse ce matin-là. Elle sentait que le printemps arrivait. Elle sentait que cette saison tant appréciée reviendrait bientôt. C'était la seule période restée presque pure de tous ces malheurs. Rien ne s'y était passé de terriblement désastreux. Rien, hormis une mort. Elle ne devait pas y penser, ne cessa-t-elle de s'encourager tout en expirant fébrilement, menacée par une nouvelle vague de culpabilité et de chagrin. Elle souffla tout doucement en laissant vagabonder son regard brumeux sur le paysage.

La femelle vit que la saison des feuilles nouvelles avait eu droit à une petite visite à l'avance sur son futur territoire, sûrement accordée par sa soeur hivernale qui s'en allait sur la fin de son règne. La fraîcheur matinale s'était vite évaporée face aux chauds rayons du soleil. Le gazon reprenait ses droits et se dressai un peu partout en touffes verdoyantes. Cela avait fait un tapis idéal, bien qu'un peu mouillé, pour passer sa nuit. C'était-là un nid improvisé fort confortable qui avait rappelé à la solitaire son dernier printemps, couchée près de ses soeurs dans un fouillis de couvertures et de vieux chiffons. Ses soeurs et elle avaient alors sept mois ou quelque chose dans les environs.. Elle préféra se souvenir d'une nuit où sa mère et son oncle avait permis à la petite Willia de se reposer à l'intérieur. Ce souvenir était réconfortant et représentait un ignoble voile couvrant la présente vérité. Son absence avait causé la mort de sa tendre soeurette estropiée.

Ébène renifla l'air en offrant sa truffe au soleil, fermant les paupières comme pour arrêter de penser pendant un moment. Elle avala difficilement, mais se concentra à nouveau sur les flagrances qui semblaient alourdir l'air. Elle sentit la lointaine odeur d'un chien - accompagnée de ses aboiements -, la puanteur nauséabonde des bipèdes - et de sa propre carcasse, peut-être devrait-elle songer à en faire la toilette - ainsi que le parfum vivifiant de la verdure, tout simplement.

La bicolore se promit qu'elle devrait venir plus souvent dans le coin. L'endroit la calmait et elle aimait l'atmosphère paisible. Il y avait des deux-pattes un peu partout, mais elle n'avait qu'à s'isoler, tôt le matin, ainsi, pour retrouver le silence. Personne ne viendrait la déranger ici et elle pourrait s'éloigner de cette accablante culpabilité, de cet écrasant dégoût d'elle-même, de cette étouffante tristesse et de cette perturbante apathie. Même le brouillard habituel qui épaississait ses pensées semblaient s'être volatilisés ! Dorénavant, elle pourrait se reposer en solitaire ici, sans que personne ne la remarq...

Ébène ne poussa même pas un miaulement de surprise quand on la percuta par derrière. Elle se rattrapa sur ses pattes de devant en ouvrant grands les yeux et en fouillant les alentours. Sa fragile ossature avait un peu souffert du choc, mais elle ne s'en désolait pas. Elle cherchait plutôt qu'est-ce qui lui était arrivée. Ses yeux tombèrent sur une petite silhouette féline, blanche et brune tigrée. Adorable. Mignon. Blessé ?

Un étrange instinct poussa la solitaire à s'approcher du chaton - c'en était visiblement un. Elle resta à une longueur de queue de distance et elle pencha la tête pour observer le minet. Elle s'inquiétait pour le petit, visiblement un peu essoufflé, pour une raison inconnue. La femelle ne l'avait pourtant pas entendu arriver ! Cela lui arrivait souvent, ces temps-ci, semblerait-il ! Elle laissa une seconde s'écouler avant de demander de sa voix rocailleuse en un lent murmure :

- Est-ce que ça va, chaton ? T'ai-je fait mal ? Pourquoi courrais-tu ?


Laissez-moi vous présenter un esprit fracturé, de son nom Ébène ~
Signature à venir futurement.
avatar
PistacheDomestique
Messages : 106Date d'inscription : 22/01/2015Age : 17Localisation : Dans ma maison
MessageSujet: Re: Une balade au parc [Ébène & Perlita]   Mar 3 Mar - 20:07


Une balade au parc
 




Ébène & Pistache
Mon coeur battait la chamade, mais il m'était impossible de ralentir l'allure. Durant une seconde, un bruit sourd envahissa mes oreilles et je n'entendis plus aucun son. Je me retrouva sur le train arrière, sur le sol, le souffle coupé. Mal vue se troubla. Je mis alors du temps à reprendre mon calme et à distinguer la silhouette que je venais à  l'instant de bousculer. Celle-ci était grande et fine. Elle perdit l'équilibre mais se rattrapa. Je fus soulagée ! L'étranger prit du temps pour me trouver enfin du regard, pour ensuite baisser les yeux vers moi. Une étrange lueur se reflétait dans ses yeux. Comme si il était... triste... je mis ma tête de côté comme je le fait si bien lorsque je ne comprend pas ou que je réfléchi. D'après maman, c'est un tique que je tiens de mon propre père. Moustache aussi fait le même geste  ! Mais ce n'est qu'après quelques secondes que je compris quele chat n'en était pas réellement un, mais c'était une chatte. Son pelage noire était aussi sombre que la nuit. Cette dernière avança d' un pas vers moi. 

"Est-ce que ça va, chaton ? T'ai-je fait mal ? Pourquoi courrais-tu ?"

Avant de réppndre à ses questions, je redressa la tête et tendit le cou pour sentir son museau. snif,snif... Ma mère m'avait dit que cela permettait de faire "plus ample connaissance" ! Je m'installa alors devant elle, la queue enroulée autour des pattes, ravie de pouvoir faire connaissance avec une nouvelle  amie. Mais je ne pouvais m'empêcher de jeter des coups d'oeil assez régulièrement, de peur de revoir le chien. 

" Oui ça va, tout va bien, et toi ? Enfin vous ?"

Je me dépêcha de me rattraper : ma mère m'avait aussi dit que de tutoyer les inconnus étaient mal élevés. C'était sans oublier le léger doute au fond de moi, je me demandais si Princesse serait d'accord en me voyant parler à une parfaite inconnue  ! Mais après tout, je m'arrêtais et lui parlais seulement pour m'excuser  ! 

OUAF !

Je bondis et couru me cacher derrière la minette. Ma fourrure et ma queue avait, sans le vouloir, doublé de volume  ! 

"C'est le chien qui me poursuit depuis tout à l'heure  ! J'ai peur qu'il ne m'attrape !"



© A-Lice | Never-Utopia






Spoiler:
 
avatar
ÉbèneSolitaire
Perso Etoile : Soupir du RessacFiche Etoile : Présentation de Souac par ici !Messages : 322Date d'inscription : 25/12/2013Age : 17Localisation : Froid polaire.
MessageSujet: Re: Une balade au parc [Ébène & Perlita]   Mar 3 Mar - 21:20


Elle ne recula pas lorsque le chaton redressa soudainement la tête pour appuyer brièvement et rapidement sa truffe contre la mienne. Elle n'en avait même pas eu le réflexe pour une fois. C'était un geste que peu ferait en rencontrant une solitaire d'aspect incongru et elle se demanda pendant une seconde pourquoi le petit l'avait fait. Il y a longtemps, c'était un geste d'affection de la part de sa soeur Willia ou de l'un d'eux. Eux, qui gambadait gaiement en piaillant, heureux d'être à l'air libre. Eux ne vivraient jamais la chaleur d'une journée précoce du printemps.

Pour l'instant, Ébène se questionnait surtout pour la cause de l'anxiété du chaton. Pourquoi donc ne cessait-il pas de regarder tout autour de lui, alors que le par était vide ? La craignait-il ? Avait-il peur qu'on ne l'attaque ? Sa nervosité n'état sûrement pas due à sa présence à elle, sinon le chaton blanc tacheté de brun n'aurait pas osé appuyer son museau contre le sien. Peut-être espérait-il que quelqu'un vienne le sauver d'elle, mais elle pensait plutôt qu'il fuyait quelque chose, tout à l'heure. Courir, pour y échapper, ne servait jamais à grand chose. Willia avait voulu courir, mais cela avait été inutile. Elle-même aurait bien couru, dans le passé, mais on finissait inévitablement par tomber sur un mur ou sur un obstacle qu'on ne pouvait franchir.

-Oui ça va, tout va bien, et toi ? Enfin vous ?

La femelle bicolore sentit la tendresse effleurer ses sens quand il la questionna de la sorte. Son inquiétude était toujours présente, mais assourdie par la remise sur pattes du chaton. Elle ne l'avait pas blessé et il se portait bien. Elle aurait bien souri, si elle en avait été capable, mais elle craignit que le moment heureux, paisible, qu'elle ressentait disparaisse abruptement si elle le faisait. Le chaton était adorable à se conduire de la sorte. Ses moustaches frémirent et elle pensa à cette petite question anodine. Tant de politesse pour un jeunet comme lui devait être difficile ! Ses petites à elle, ils n'avaient jamais eu la moindre interaction avec autrui. Elle ne parlait pas assez et était toujours trop traumatisée pour parler, pour leur enseigner la vraie vie. Indigne, bien entendu, mais cela ne servait désormais plus à rien.

La solitaire voulut lui répondre par un mensonge qu'on adresse aux chatons quand on savait qu'ils ne comprendraient pas la vérité. Trop petit pour comprendre, trop petit pour savoir, trop pour s'en sortir. Si fragile et inoffensif, on ne le restait pas longtemps, car le mal arrivait et vous égratignait, vous empoisonnait avec ce poison de mal-être qui brisait votre vie tout lentement, tout brusquement. Voilà ce que voulait répondre la bicolore, mais elle n'en eut pas le temps, car le chaton bondit de frayeur en entendant un chien. Il fila se réfugier derrière elle.

Étrange, qu'Ébène n'ait pas sursauter face à l'aboiement. Elle ne s'effrayait plus de cela, après que son ancien elle, cette jeune Damier, se soit amusée à attirer les créatures canines dans des courses vaines. C'était surtout pour faire rire sa jeune soeur, bien que son coeur, dans ces temps-là, avait battu plus vite que l'averse sur le macadam. Les chiens ne pouvait rien contre eux, surtout pas contre elle aujourd'hui. Il leur suffisait de grimper aux arbres, aux clôtures, de traverser des haies ou de filer dans un trou. Fuir, fuir toujours autant.

- C'est le chien qui me poursuit depuis tout à l'heure ! J'ai peur qu'il ne m'attrape !

Elle se demanda avec malaise pourquoi le petit se cachait derrière elle. Était-elle repoussante au point qu'un sale cabot ne tourne pattes devant elle ? Puis elle se souvint qu'on cherchait toujours refuge derrière plus grand que soit, tout naturellement. Après tout, ils savaient quoi faire, les plus vieux ! C'était ce qu'elle avait pensé et c'était ce qu'elle ne penserait plus jamais. Elle posa le bout de sa queue noire sur l'épaule du chaton aux yeux ambrés angoissés, dans un geste de réconfort qu'elle s'étonna de faire. Si familier, si étranger...

- N'aie crainte, chaton. Les chiens sont stupides pour la plus grande majorité d'entre eux. Celui que tu entends n'osera jamais désobéir à son maître, il y est enchaîné. S'il te poursuit, fais-toi rusé. Grimpe et observe.

La solitaire ne savait pas si son discours était encourageant ou véritablement véridique. Elle savait cependant que les chiens ne grimpaient pas, qu'ils se décourageaient facilement et qu'ils craignaient le courroux de leur maître. Quant à eux, chats, ils possédaient le droit de gravir le monde s'ils leur prenaient envie. Ébène jeta un coup d'oeil au chien qui effrayait le petit, et elle le repéra plus loin, hors de leur portée, occupé à courir un bâton. Décidément, ils seraient toujours stupides. Et bien que certains fussent intelligents, ils ne perdaient pas leur temps à les courser. Ils avaient mieux à faire que de les tuer et les dévorer.


Laissez-moi vous présenter un esprit fracturé, de son nom Ébène ~
Signature à venir futurement.
avatar
PistacheDomestique
Messages : 106Date d'inscription : 22/01/2015Age : 17Localisation : Dans ma maison
MessageSujet: Re: Une balade au parc [Ébène & Perlita]   Mer 4 Mar - 11:54


Une balade au parc
 




Ébène & Pistache

Mes pattes tremblaient, tellement qu'elles pouvaient à peine me porter. Ma respiration était irrégulière, et j'avais du mal à respirer. Je n'avais qu'une seule envie : fuir. Fuir le plus possible  ! Maisje ne sais pas pourquoi, quelque chose m'en empêcha  : comme si mes pattes étaient collées par de la glue, ou bien même du ciment  ! Impossible de bouger, de faire quoi que se soit. J' eu envie de m' enterrer le plus profondément possible dans le sol  ! Alors je me colla à l'étrangère. Je ne sais pas ce que dirait maman... Sûrement que ce ne sont pas des manières... Mais peu importe  ! J'étais bien trop effrayé pour y réfléchir  ! Curieusement, contrairement à toutes les fourrures que je connaissais, celle de lq femelle était sèche et ne sentait pas très bon. J'eu alors un très léger recule, maisje repris immédiatement ! De un : cette réaction était très mal poli, et de plus, j'avais trop peur pour ce genre de chose  ! Peu importe la couleur, le parfum, ou la qualité de son pelage  ! 
Soudain  ! Je me rendis compte d'une chose : la chatte n'avait en aucunement sursauté  ! Ou partit se cacher comme je venais de le faire  ! Je suis peu être lâche, ou du moins, trop perreux et pas assez courageux pour affronter les dangers du monde extérieur... Songeais-je avec un profond sentiments de remord. La queue de la féline me caressa tendrement l'épaule gauche. J'ouvris enfin les yeux. Les siens étaient bien ternes... Elle me couva d'un regard refletant le regret et l'amour. Étrange mélange...  

" N'aie crainte, chaton. Les chiens sont stupides pour la plus grande majorité d'entre eux. Celui que tu entends n'osera jamais désobéir à son maître, il y est enchaîné. S'il te poursuit, fais-toi rusé. Grimpe et observe."


Je pencha une seconde foie ma tête sur le côté. Puis, elle se retourna et observa quelque chose au loin. Je me grandis et suivis son regard. Ce qu'elle observait n'était autre que mon poursuivant. Cette immonde molosse qui avait bien faillit m' attraper et peut être même me tuer  ! Je recula de quelque pas, pris une nouvelle foie de peur. Mais je l'avais semé, et comme l'avait dit l'étrangère, il semblait bien trop occupé à s'amuser et avait l'air "simple d'esprit", comme disait ma mère. 
Les mots qu' employait ma mère avait tendance à m' impressionner, mais elle nous avait expliqué à moi et à mes frère et à ma soeur, que ce langage "soutenue", venait de l'éducation de ses parents, habitant autre foie un château, avec des maîtres que l'on appelait  "comte" et "comtesse".
Rassuré, je guetta au loin le chien aux côtés de ma nouvelle connaissance. Quelque seconde de silence plus tard, je décida de prendre mon courage à deux pattes et d'engager la conversation  ! Parler avec une étrangère était certes déconseillée, mais ce n'était pas qu'une simple étrangère, elle venait de me sauver la vie, et de me réconforter ! 

"J'espère que je ne t'ai pas dérangé. Je m'appelle Pistache ! "Lui dis-je d'une voie enjouée.

Je me remémora les paroles de cette dernière. Grimpe, et observe... Je ne sait pas grimper moi ! Peut être qu'elle peut m'apprendre ?

" Dit, je ne sais pas grimper, pourrais-tu m'apprendre s'il te plaît  ?"

J'aurais très bine pu rajouter  : " Dit, je ne sais pas grimper, aurais-tu l'obligeance de me l'apprendre s'il te plaît  ?" Comme le dit si bien ma mère  ! Mais cela paraîtrait étrange pour un chaton Non... ? Et puis, je ne veux pas que ma nouvelle amie me prenne pour un chaton  ennuyeux ! 



© A-Lice | Never-Utopia






Spoiler:
 
avatar
ÉbèneSolitaire
Perso Etoile : Soupir du RessacFiche Etoile : Présentation de Souac par ici !Messages : 322Date d'inscription : 25/12/2013Age : 17Localisation : Froid polaire.
MessageSujet: Re: Une balade au parc [Ébène & Perlita]   Mer 4 Mar - 17:21


Elle vit que le chaton avait suivi son regard en direction de son tyran personnel. C'était un gros molosse, elle-même n'aurait pas apprécié de l'avoir à ses trousses. Le petit sembla se calmer et il pencha à nouveau la tête sur le côté suite à son discours de réconfort. Était-ce un tic pour exprimer son mécontentement ? Son incompréhension, peut-être, ou son désintérêt ? Cela l'aurait étonnée qu'il ne trouve pas intérêt à la situation. Rare étaient les chatons qui n'étaient pas avares de bonnes histoires et de prodigieuses aventures. Tous rêvaient de partir découvrir le monde, comme le petit l'avait certainement fait pour se rendre au parc. Elle se demanda s'il avait toujours une maman pour s'occuper de lui. Laisser ses chatons s'éloigner, les laisser seuls, c'était un passe-droit pour une mort horrible, pensa-t-elle, glacée en se souvenant de tous ses petits à elle, à qui s'était spécifiquement arrivé. Mais, supposa-t-elle, c'était peut-être moins dangereux ici ? Si sauf qu'un chien vous courrait après à la moindre occasion...

- J'espère que je ne t'ai pas dérangé. Je m'appelle Pistache !

Il avait utilisé le ton enjoué des chatons aventureux, justement. Ébène le trouva adorable, pour ce qui lui semblait être une troisième fois. On ne pouvait qu'être émue par un chaton. Il se préoccupait - par politesse ou non - d'avoir dérangé une crasseuse solitaire. Il lui disait même son nom ! Cela prouvait qu'il était presque à l'aise et qu'il avait oublié le chien, non ? Pistache lui allait très bien, bien que ce soit un nom bien domestique, tout simple et craquant. N'était-ce pas pitoyable de la part d'une solitaire anciennement nommée Damier ? N'avait-elle pas appelé son petit dernier, si blanc, si pur, si mort, Lumière ? Sa gorge se serra et elle se concentra sur le moment présent.

- Dit, je ne sais pas grimper, pourrais-tu m'apprendre s'il te plaît ?

Il ne savait pas grimper ? Peut-être n'avait-il pas le droit d'aller a l'extérieur. Peut-être n'avait-il pas d'arbre dans son jardin, ni même de clôture. La femelle bicolore lui devait bien ça ! Peut-être cela lui sauverait-il la vie. Peut-être cela lui permettrait-il à elle d'épargner enfin l'innocente vie d'un chaton. Tout chat qui se respectait devait pouvoir grimper pour pouvoir retomber sur ses pattes ou pour pouvoir s'éloigner de la vie terrestre. Elle se leva, se rendant compte qu'elle s'était assise, puis elle agita les oreilles. Elle lui apprendrait. En espérant que cela ne fasse resurgir que d'heureux souvenirs.

- Je me ferai un plaisir de te l'apprendre du mieux possible, petit Pistache. Je suis sûre que tu en seras capable rapidement.

La bicolore sonda les alentours en quête de l'arbre parfait pour cette leçon d'escalade. Elle souhaita que son corps supporta l'exercice qu'elle allait lui demander. Elle avait bien fait de manger cette minuscule souris hier au crépuscule. Elle ne lui donnait guère de force et d'endurance, mais elle y était habituée. Elle se dirigea vers un petit chêne, jeune et solide, qui avait l'étrangeté de posséder quelques branches tordues de tout côté. Elle fit un mouvement de queue pour inviter son jeune compagnon à la suivre. Se faisant, elle remarqua qu'elle ne lui avait pas dit son nom à elle. Était-ce important ?

- Alors Pistache, tu sais sauter ? C'est l'essentiel pour apprendre. Tu peux me montrer quelques sauts ?

Ébène voulut ardemment qu'il le sache, pour ne pas qu'elle l'ait froissé stupidement de la sorte. Elle-même se questionna à nouveau sur son aptitude à réaliser de vrais bonds. Tant qu'elle n'en réalisait pas trop, elle en aurait la force jusqu'au bout.


Laissez-moi vous présenter un esprit fracturé, de son nom Ébène ~
Signature à venir futurement.
avatar
PistacheDomestique
Messages : 106Date d'inscription : 22/01/2015Age : 17Localisation : Dans ma maison
MessageSujet: Re: Une balade au parc [Ébène & Perlita]   Jeu 5 Mar - 16:13


Une balade au parc
 




Ébène & Pistache

Je scruta le visage de la chatte, en croisant les griffes pour qu'elle accepte de m'aider. Cette dernière se leva et agita les oreilles. Était-elle agacée par ma demande  ? Si elle ne voulait pas, temps pis ! Mais cela pourrait mettre très utile si un chien  viendrait à me poursuive une autre foie  ! Ceci me sauverait même  peut être la vie  !

" Je me ferai un plaisir de te l'apprendre du mieux possible, petit Pistache. Je suis sûre que tu en seras capable rapidement." Me répondit-t' elle.

Je sourie, soulagé qu'elle accepte ! 
La chatte observa les alentours. Elle cherchait un arbre. Je pria pour qu'elle n'en choisise pas un très grand et un solide pour être sûr que je ne puisse pas tomber ! Enfin, ma nouvelle amie s'approcha d'un arbre pour l'observer. Dun geste de la queue, elle m'invita à la rejoindre. Je trottina jusqu'à elle, en me demandant ce qu'elle allait me demander et de lq façon dont elle allait m'apprendre à grimper aux arbres. 

" Alors Pistache, tu sais sauter ? C'est l'essentiel pour apprendre. Tu peux me montrer quelques sauts ?" M'interrogea-t' elle.

Sauter ? Évidement que je savais le faire  ! Sinon, comment ferais-je pour attraper les flocons et les papillons ! Ce sont les bases je me trompe ? Mais je l'écouta. Je ne pris pas le temps de lui répondre. Mieux vaut observer qu'écouter non ? Je frétilla mes moustaches pour lui faire comprendre qu'il fallait me regarder attentivement. Je m'applatis au sol et banda mes muscles. Je me contracta. Puis, je poussa sur mes pattes arrières de toutes mes forces, et m' élança dans le ciel. Je sortis une griffe et la tendis vers les cieux. Pendant une fraction de seconde j' eu la nette impression de m'envoler, de me faire emporter le vent. Je ferma les paupières et savoura cet instant merveilleux. Je retomba ensuite lourdement sur mes pattes, avec peu de délicatesse. J'ouvris les yeux et sourie à... à... ça alors ! Il fallait absolument que je mette un nom à ce visage là !

" Et voilà, je sais sauter..heu... Quel est ton nom ?"



© A-Lice | Never-Utopia






Spoiler:
 
avatar
ÉbèneSolitaire
Perso Etoile : Soupir du RessacFiche Etoile : Présentation de Souac par ici !Messages : 322Date d'inscription : 25/12/2013Age : 17Localisation : Froid polaire.
MessageSujet: Re: Une balade au parc [Ébène & Perlita]   Jeu 5 Mar - 22:23


Pistache semblait ne pas s'effrayer à la perspective de grimper dans l'arbre de taille modeste qu'elle lui avait choisi. Il était curieux. La curiosité pouvait être dangereuse, mais c'était là une bonne curiosité, qui ne lui causerait pas de problèmes. Il n'allait tout de même pas tenter de savoir si le feu le brûlerait ou si les monstres des rues noires pouvaient le tuer. Non, il voulait simplement apprendre à se mettre hors de portée des sales molosses. Elle le comprenait, car elle-même s'était posée bien des questions, autrefois. Comment lui échapper ? Comment les protéger ? Comment l'éloigner de cette horrible mère ? Comment lui épargner la compagnie de leur cruelle soeur ? Comment son père pouvait-il rester impassible ? Comment pourrait=elle élever ses petites merveilles ? Comment avait-elle réussi à tous les perdre ? C'était là des questions inutiles auxquelles les réponses étaient toujours inconnues d'elle.

Le petit blanc et brun lui fit un signe des moustaches pour attirer son attention. Ébène lui réserva donc tout l'intérêt qu'elle possédait, car c'était ce que lui criait son instinct. Sa tête, d'habitude vide de conseils et de pensées utiles, lui dicta de le regarder et d'observer consciencieusement le chaton pour voir s'il faisait le saut comme il le fallait. Pistache bandit ses muscles et utilisa toute sa puissance pour se propulser d'un bond dans les airs. La puissance était là, on ne pouvait s'y méprendre, mais le petit manquait peut-être de concentration pour l'atterrissage. Il aurait aussi bien pu écraser une souris avec la lourdeur et la maladresse dont il faisait preuve en revenant sur terre. Pour qui se prenait-elle pour juger ce saut, alors qu'elle arrivait à peine elle-même à en fait un compétent, au vu de sa faiblesse ?

Pistache adressa un réel sourire empli de gaieté à sa préceptrice, qui aurait bien vaciller devant cette démonstration de fierté personnelle. La solitaire n'arrivait pas à ne pas sombrer dans ses souvenirs en voyant la joie étalée sur ce museau de chaton.

- Et voilà, je sais sauter..heu... Quel est ton nom ?

Cela la tira, heureusement, de la toile dans laquelle elle allait s'emmêler. Visualiser ce soleil printanier, cette herbe tendre, les jeunes bourgeons du chêne qui dansaient lentement dans la brise au rythme des branches...Oublier la signification de ce nom mérité et le pourquoi du comment, simplement répondre à un chaton qui voulait savoir comment appeler son interlocutrice.

- Ébène, petit. Je m'appelle Ébène. C'est vrai que tu sautes bien, mais il faudrait peut-être que tu te contrôles plus durant l'atterrissage, pour éviter de te blesser à une patte, si jamais tu tombais. Car oui, grimper est presque aussi facile que sauter. Il te faut bel et bien sortir les griffes à chaque petit saut et plonger tes griffes dans l'écorce de l'arbre. Je vais te montrer.

Ébène s'empressa de se positionner au bas du tronc du chêne. Elle apposa ses pattes contre l'écorce, souffla un coup en implorant son corps de ne pas la lâcher en plein apprentissage, puis amorça sa montée. Elle faisait comme de petits bonds pour se raccrocher plus haut, prenant bien soin à sortir les griffes. Elle utilisait avec discernement sa puissance, qu'elle savait bien maigre en comparaison à l'énergie du chaton. Pistache avait peut-être d'ailleurs bien de l'énergie, mais il lui manquait l'expérience et l'endurance, probablement. Arrivée à une branche basse, la bicolore s'y glissa rapidement en se retournant pour regarder le petit.

- Souhaites-tu essayer, ou veux-tu une autre démonstration ? Tu as des questions ? Je ne suis pas trop incohérente ? Finit-elle par dire avec sa voix rauque habituelle.


Laissez-moi vous présenter un esprit fracturé, de son nom Ébène ~
Signature à venir futurement.
avatar
PistacheDomestique
Messages : 106Date d'inscription : 22/01/2015Age : 17Localisation : Dans ma maison
MessageSujet: Re: Une balade au parc [Ébène & Perlita]   Ven 6 Mar - 23:26

Je répond demain : BREVET BLANC DANS 8 JOURS, DONC IL VA FALLOIR ATTENDRE ENCORE UN PEU ! ^^" DÉSOLÉE !





Spoiler:
 
Lieutenante du Clan des Ténèbres
avatar
Senteur des LavandesLieutenante du Clan des Ténèbres
Messages : 102Date d'inscription : 22/03/2015
MessageSujet: Re: Une balade au parc [Ébène & Perlita]   Ven 1 Mai - 9:52

||Up ?||



Merci Amy pour cette jolie signature <3

Autres personnages:
 
Lieutenante du Clan de la Brume
avatar
LunyLieutenante du Clan de la Brume
Messages : 113Date d'inscription : 09/02/2015
MessageSujet: Re: Une balade au parc [Ébène & Perlita]   Jeu 21 Mai - 12:58

|| Archivé --> Mp pour récupérer. ||
avatar
PistacheDomestique
Messages : 106Date d'inscription : 22/01/2015Age : 17Localisation : Dans ma maison
MessageSujet: Re: Une balade au parc [Ébène & Perlita]   Ven 10 Juil - 9:15

HRP:
 

La mystérieuse chatte sembla être pensif durant une poignée de secondes. Puis elle me répondit :

"Ébène, petit. Je m'appelle Ébène. C'est vrai que tu sautes bien, mais il faudrait peut-être que tu te contrôles plus durant l'atterrissage, pour éviter de te blesser à une patte, si jamais tu tombais. Car oui, grimper est presque aussi facile que sauter. Il te faut bel et bien sortir les griffes à chaque petit saut et plonger tes griffes dans l'écorce de l'arbre. Je vais te montrer."

Je faillis l' interompre quand m' appela "Petit", mais je ne voulais surtout pas paraître vexé pour si peu de chose, cette Ébène était si gentille avec moi ! Elle ne me connaissait pas qu'elle acceptait tout de même de m' enseigner les bases d'un véritable chasseur. Je me demanda comment elle pouvait savoir tout ça. Qui lui avait appris ? L'un de ses parents ? Elle même, seule, en personne ? Ou quelqu'un d'autre, comme moi en ce moment ? Ou bien peut être que cette chatte fait partie d'un de ces clans dont les rumeurs cours sur ce sujet dans le voisinage ? Une chatte mangeuse d' os ?! Je secoua la tête : Ébène ne pouvait pas être comme ça : elle paraissait si gentille ! Et puis je ne croyais pas ces vieilles histoires dd vieux matous sauvages rabougris !
Une foie les explications terminées, la chatte commença à grimper dans l'arbre, puis se hissa jusqu'à une branche non loin de sol.

"Souhaites-tu essayer, ou veux-tu une autre démonstration ? Tu as des questions ? Je ne suis pas trop incohérente ?"

Je réfléchis quelques instants : j'avais compris, tout avait l'air simple ! Mais j'avais peur que l'une mes griffes ne cassent. Je pris une grande inspiration avant de dire non de la tête et de sauter sur l'arbre. Je sortis les griffes et bondis sur le tronc de l'arbre. Je poussa à l'aide de mes pattes arrières pour monter d'un maigre niveau à l'arbre. Le premier saut fût petit, mais réussi. Je continua sur ma lancer. Deux sauts. Trois sauts. J'approchais de ma nouvelle amie quand... je sauta pour grimper mais rata de quelque minimètre l'écorce du tronc. Je tomba de l'arbre.
Pouf ! Je me retrouva dans un buisson rabougris. Ses branches pointues se plantèrent dans ma peau. Je remua. Comment sortir de là ?! Je me retrouva écartelé, le ventre en direction du ciel. Je leva la tête vers Ébène :

" Tu peux m'aider s'il te plaît ? "





Spoiler:
 
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une balade au parc [Ébène & Perlita]   

 
Une balade au parc [Ébène & Perlita]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un parc dédié à six héros Haitiens à Montréal.
» Nouveau parc industriel dans l'aire de l'Aéroport
» [Ruelles] Balade matinale sans Sebastian [PV: Ciel Phantomhive & Atsuka Lyako]
» Balade en amoureux (pv Charlotte)
» Petite Balade Avec Pauline (pv elle)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cats Destiny :: Terres Libres :: Terres Libres de la Ville :: Petit Parc-