Saison des Feuilles Vertes
L'eau est haute, et le paysage est méconnaissable. La pluie est toujours très présente, et la température vacille entre 10°C et 18°C. Le gibier est difficile à trouver.

cats destinycats destinycats destiny Dernière gazette parue

Partagez | .
 

 Je vais bien, ce n'est pas parce que j'ai mal et que me lever est difficile que je ne fonctionne plus.. ne t'en fais pas mon cher, je vivrais encore plusieurs lunes, assez pour te voir rejoindre ma tanière | ft. Luna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Lieutenante du Clan de la Brume
avatar
LunyLieutenante du Clan de la Brume
Messages : 113Date d'inscription : 09/02/2015
MessageSujet: Je vais bien, ce n'est pas parce que j'ai mal et que me lever est difficile que je ne fonctionne plus.. ne t'en fais pas mon cher, je vivrais encore plusieurs lunes, assez pour te voir rejoindre ma tanière | ft. Luna    Dim 26 Avr - 1:24



Le jour n’était toujours pas levé, la nuit était encore là, profonde. Le temps se faisait désagréablement humide, comme dernièrement. La saison des neiges était partie, mais il ne faisait que de pleuvoir, ce qui ne réjouissait aucun guerrier et le moral de l’ancien chutait de jour en jour. Tous les souvenirs qu’il avait enfoui jusque-là remontaient, tout ce qu’il avait tenté de cacher se révélait. Et pourtant, personne ne savait encore toutes les histoires de l’ancien, surtout pas celle de la blessure de son flanc gauche. Il n’en avait jamais parlé, disant avoir oublié, mais il ne pouvait juste pas en parler. Parce que cette histoire ne s’était que trop mal terminée. Parce que cette histoire ne devrait jamais recommencer. N’aurait jamais dû recommencer, mais comme on ne prévoit pas le futur, il n’avait pas su que ce jour-là, tout changerait de nouveau. Il n’avait pas pu prévoir que son ancien apprenti était allé loin pour que son ancien mentor se rétablisse. Jamais il n’aurait pu prévoir cela de toute évidence. Son moral était bien bas, tout comme sa forme physique. Tout allait mal, la température n’aidant en rien, définitivement.

L’ancien en parvenait plus à se lever. Trop faible, trop endolori. Sa patte tordue lui faisait bien mal, ses articulations aussi. Et puis, cette blessure. Cette affreuse blessure qui lui rappelait tant d’erreurs commises par lui et avant lui. Tant d’erreurs qui auraient dû être évitées et tant d’erreurs qui se répéteront, à l’infini. Des erreurs qu’il ne voulait plus commettre, mais qu’il allait commettre de nouveau, parce que même un cœur éclaté bat encore et tant que le cœur bat, il peut aimer de nouveau. Un cycle vicieux qui détruit, c’est évident, mais on ne choisit pas, c’est la vie qui choisit, la vie qui demeure, comme à son habitude, bien cruelle envers les chats de la forêt en leur infligeant des choses qui n’auraient jamais dû avoir lieu. Et pour en revenir à cette blessure qui ne l’aidait en rien dans son moral, elle ne cessait de s’ouvrir de nouveau et quand bien même des toiles d’araignées étaient posées, Chant Oublié bougeait bien trop pour que tout tienne en place, quand bien même il dormait.

Et il avait bien vu que son état inquiétait son ancien apprenti, meneur à l’heure d’aujourd’hui. Mais il ne pouvait tout changer. Il ne pouvait tout garder. Il ne pouvait faire mine que son physique ne lui faisait pas mal dans la mesure où il n’avait jamais fait soigné sa blessure au flanc, ne voulant pas qu’on s’occupe de lui, et grognant dès que quelqu’un approchait, du moins, c’était ainsi qu’il avait agi après que la solitaire ait été tuée et qu’il se soit retrouvé avec cette profonde blessure comme souvenir de cet instant terrible qu’il ne voulait plus jamais voir se reproduire. Et pourtant, les mêmes conditions à ce terrible événement allait bientôt recommencer, se reproduire, sans même que quiconque ne puisse y faire quelque chose, il ferma les yeux. Tout cela l’épuisait. Dormir même semblait l’épuiser alors qu’en dormant, on était supposé se reposer, mais non, lui, il en était épuisé, comme pour faire encore une fois différemment, mais il ne choisissait pas.

Cette journée s’annonçait tout aussi terrible que les autres. Il partait de plus en plus souvent dans des délires et cette colère ancrée au fond de lui, cette colère contre lui, contre la vie, elle était là depuis si longtemps et elle ressortait de plus en plus souvent. C’était les seuls moments où il parvenait à se lever et ensuite, il tombait sur le sol, regardant son ancien apprenti, les yeux désolés de lui causer tant de soucis. Mais aujourd’hui, tout allait s’arranger. Même si cette journée commençait comme toutes les autres, même si tout semblait pareil, tout allait être étrangement différent, tout allait être pire et meilleur à la fois. Mais encore une fois, l’avenir était impossible à prédire pour un simple chat d’un Clan, l’ancien qui plus est. Il était simplement là, couché en boule dans son lit de mousse, en laissant les souvenirs l’emporter encore une fois.

Il se rappelait sa vie dans la Tribu de la Brise, avec Étincelle qu’il admirait au départ et sa mère qui le protégeait tant. Il se rappelait la fuite, le voyage. À quel point il était fatigué et épuisé, son moral également et il ne put s’empêcher de se dire que tout semblait se reproduire sans aucun voyage cette fois. Parce que tout semblait être tout comme avant, quand il était là, à chercher une place où vivre sans sa mère, sans trouver quelque part où il pourrait vivre jusqu’à ce qu’une patrouille du Clan de la Brume ne l’amène au camp. Il était tout de même jeune et les chats n’étaient point cruels. Il avait été accueilli et il avait grandi. Plus jamais on n’avait douté de sa loyauté.

Et puis… ce n’était pas comme s’il était né dans un autre Clan, non, sa Tribu était bien loin et jamais il ne pourrait se sentir écartelé entre deux tribus. Parce qu’il n’y avait que le Clan de la Brume comme famille, la Tribu de la Brise étant bien trop loin et cette Tribu n’étant plus tant sa famille depuis que sa mère était morte pour le protéger d’Étincelle. Et alors qu’il menaçait encore de se perdre entre le passé et le présent, un bruit attira son attention et il sentit l’odeur de son meneur avec… une chatte du Clan de la Lumière! Il s’hérissa instinctivement, avait-on tenté d’envahir le camp? Il serait à même de défendre le Clan si c’était nécessaire et il ne laisserait jamais personne tenter d’envahir le camp sans lever une patte! Et pourtant, son ancien apprenti semblait complètement à l’aise, il n’y avait aucune agressivité, seulement une inquiétude. Et puis la chatte entra dans la tanière de l’ancien, il ne l’avait pas entendu s’annoncer et il reconnut la guérisseuse du Clan de la Lumière. Il en avait déjà entendu parler et il l’avait déjà vu quand il allait encore aux Assemblées.

- Pistache Ambrée, c’est ça? Bonjour.


Dernière édition par Mélodie Macabre le Lun 27 Avr - 16:26, édité 1 fois
Guérisseuse du Clan de la Lumière
avatar
Pistache AmbréeGuérisseuse du Clan de la Lumière
Messages : 2054Date d'inscription : 22/07/2013Age : 19Localisation : Bonne question
MessageSujet: Re: Je vais bien, ce n'est pas parce que j'ai mal et que me lever est difficile que je ne fonctionne plus.. ne t'en fais pas mon cher, je vivrais encore plusieurs lunes, assez pour te voir rejoindre ma tanière | ft. Luna    Dim 26 Avr - 23:41

HRP :
 

Pistache Ambrée claudiquait aussi vite qu'elle le pouvait dans la pénombre croissante, la gueule pleine d'herbes médicinales. Lorsqu'Étoile de Mandragore avait soudainement débarqué dans le camp de la Lumière en cette fin d'après-midi, l'accueil avait été incrédule voir hostile. Mais après une brève discussion avec le bicolore, Étoile Sibylline l'avait conduit sans protester jusqu'à l'antre de la guérisseuse. Cette dernière avait tout d'abord était surprise de la demande pressante du matou et avait commencer par refuser pour la forme. Il était plutôt rare qu'un guérisseur se déplace en personne jusqu'à un clan adverse pour un cas particulier, surtout alors que des réminiscences de tensions existaient encore entre le clan de la Brume et celui de la Lumière. Néanmoins, quelques explications de la part du meneur finirent par convaincre la guérisseuse d'accepter. Pistache pouvait se rendre compte de l'estime que le matou portait pour ce certain Chant Oublié qui, parait-il, refusait toute forme de soin, rien qu'à sa façon d'en parler. Un lien fort devait les unir, la doyenne ne pouvait décemment pas refuser son aide à son vieil ami, surtout alors qu'il lui faisait l'honneur de ne faire confiance qu'à elle. Elle l'avait donc suivit sur son chemin du retour en direction du camp de la Brume.

Les deux félins traversèrent silencieusement la clairière entourée de roseaux. Le temps de leur trajet, la nuit avait bien avancée, leur permettant de se fondre dans l'ombre afin de ne pas réveiller des félins qui seraient alors de bien mauvais poil et demanderaient des explications aux chef, qui aurait alors du mal à ce justifier sans en faire prendre un coup à l'honneur du clan de la Brume. La rumeur finirait de toute façon par circuler... À moins que le clan des Étoiles ne soit de leur coté et que la bruine qui tombait depuis quelques heures ne recouvre l'odeur de la féline adverse.

Arrivé devant une tanière dans un coin isolé du camp, Étoile de Mandragore lui expliqua que c'était là la tanière des anciens, seulement occupé par Chant Oublié. Après quelques conseils sur le caractère du matou, le meneur fini par laisser la guérisseuse à sa tâche et Pistache passa la tête par l'ouverture, prudente. Un matou noir, réveillé malgré l'heure tardive la regarda s'avancer.

« Pistache Ambrée, c’est ça? Bonjour. »

La doyenne ne répondit pas tout de suite. Déjà, elle avait la gueule pleine, mais elle était également impressionnée par l'apparence de ce vétéran. Jamais elle n'avait vu de guerrier aussi marqué. L'ancien avait du être une recrue de poids pour le clan de la Brume. Pistache se dit qu'elle avait du le croiser à de nombreuses assemblées mais elle ne se souvenait pas de grand chose, sa mémoire était plutôt focalisée sur les techniques de soin plutôt que les visages. Elle déposa sa marchandise dans le coin le moins humide qu'elle pu trouver sans empiéter sur l'espace vital du matou puis s'assit en face de lui, essoufflée.

« Bien le bonjour Chant Oublié. En effet, c'est moi. J'espère que je ne te dérange pas trop... Sais-tu pourquoi je suis ici ? »


Lieutenante du Clan de la Brume
avatar
LunyLieutenante du Clan de la Brume
Messages : 113Date d'inscription : 09/02/2015
MessageSujet: Re: Je vais bien, ce n'est pas parce que j'ai mal et que me lever est difficile que je ne fonctionne plus.. ne t'en fais pas mon cher, je vivrais encore plusieurs lunes, assez pour te voir rejoindre ma tanière | ft. Luna    Lun 27 Avr - 16:21



La guérisseuse du Clan des Lueurs s'était avancée tout en prenant soin de ne pas empiéter sur l'espace de l'ancien qui se tenait là, légèrement plus détendu depuis qu'il avait reconnu l'identité de la chatte. Si elle était au camp, c'était qu'Étoile de Mandragore était allé la chercher et lui faisait suffisamment confiance pour venir s'occuper de lui, du moins essayer de s'occuper de lui, alors il n'avait pas à être méfiant envers elle. Et puis, c'était une guérisseuse et un guérisseur se tenait à l'écart des rivalités claniques, non? Il soupira lorsqu'elle lui répondit. Ce n'est pas tant soit la réponse qui le fit soupirer, mais plutôt la réponse qu'il devrait donner. Savait-il pourquoi elle était ici? Bien sûr qu'il le savait et si ce n'était pas du meneur, elle ne serait jamais venu au camp.

La pluie tombait drument, comme depuis la fonte des neiges, le froid ayant laissé place à l'humidité permanente. Encore le froid était-il agaçant, l'humidité était désagréablement détesté. Parce que ce dernier point donnait encore plus de douleurs musculaires à l'ancien que ne le faisait le froid de la saison des neiges et avec son moral volant très bas et son sommeil étant très mouvementé, sa force faiblissait, mais si têtu qu'il était, il mangeait moins que la plupart préférant encore tenter de chasser même dans sa forme médiocre. Alors qu'il revenait au camp ayant miraculeusement attrapé une proie, Chant Oublié vacilla avant même d'avoir atteint la pile de gibier et aussitôt qu'on le vit si faible, on vint l'aider à entrer dans sa tanière et bien sûr, quoi qu'il ait dit, on alla avertir Étoile de Mandragore qui insista pour qu'il se fasse soigner. L'ancien refusa longuement.

Mais comme Pistache Ambrée était là, il pouvait aisément voir que son refus n'avait pas été écouté. De toute évidence, quand il s'agissait de sa santé, le meneur du Clan de la Brume ne l'écoutait jamais. Après tout, Sing aurait fait pareil si cela avait concerné son ancien apprenti. Tous les deux étaient bien proches et ils ne supportaient sans doute pas d'en voir un malade, mal en point et pourtant... le doyen du Clan ne pouvait s'empêcher de ne pas vouloir être soigné, comme pour prouver que malgré son âge avancé, il demeurait suffisamment fort, comme un jeune guerrier. Cependant, seulement bouger un peu lui faisait mal et il ne put retenir une grimace quand bien même il essaya et il n'essaya même pas de se lever. Tout ce qu'il fit, ce fut de regarder la guérisseuse du Clan adverse et lâcher un autre soupir. Il ne faisait que ça, lâcher des soupirs. Et finalement, il réalisa que quelques minutes déjà venaient de s'écouler depuis la réponse de la guérisseuse.

Le temps...il perdait peu à peu cette notion pourtant primordiale, les minutes devenant des secondes et des minutes se transformant en heures, tout changeait. Sans doute son esprit était-il fatigué tant et si bien que tout était déformé, sa perception même. Et pourtant, il savait que tout était pareil, seulement... tout était différent à la fois et il en était grandement perturbé, alors il ne réagissait que tardivement. Comme en ce moment, il réagissait avec beaucoup de retard.

- C'est Étoile de Mandragore qui t'a amené ici n'est-ce pas? Il s'inquiète pour rien...
Guérisseuse du Clan de la Lumière
avatar
Pistache AmbréeGuérisseuse du Clan de la Lumière
Messages : 2054Date d'inscription : 22/07/2013Age : 19Localisation : Bonne question
MessageSujet: Re: Je vais bien, ce n'est pas parce que j'ai mal et que me lever est difficile que je ne fonctionne plus.. ne t'en fais pas mon cher, je vivrais encore plusieurs lunes, assez pour te voir rejoindre ma tanière | ft. Luna    Lun 27 Avr - 18:30

L'ancien soupira à la question de la guérisseuse et ne répondit pas tout de suite. Impassible, elle le regarda patiemment alors qu'il semblait abîmé dans des pensées quelque peu déprimantes. Ce genre de comportement ne lui était pas étranger, on le voyait chez la plupart des anciens. Exceptés, bien sûr, ceux qui rêvaient depuis longtemps de pouvoir passer leurs journées vautrés à ne rien faire d'autre que se faire briller aux yeux des chatons. Pistache Ambrée se rendit soudain compte de sa chance. Même si son corps commençait bien à lui rappeler ses nombreuses lunes, cela ne l'empêchait pas de continuer à faire son devoir, de continuer à mener à bien sa mission. Même le jour où elle se retrouverait paralysée à vie le clan aurait toujours besoin de son talent, surtout alors qu'elle n'avait aucun apprenti. Elle serait utile aux siens jusqu'à la fin de ses jours... À moins bien sûr que son esprit ne parte à la dérive, mais alors plus rien n'aurait d'importance. Elle ne pouvait donc qu'imaginer la souffrance qui devait être celle de Chant Oublié alors qu'il ne parvenait plus à aider son clan comme avant, souffrance qui était certainement plus intense que n'importe quelle autre infligée par une blessure physique. Cette plaie, Pistache doutait de pouvoir la guérir, or il était certain que ces autres blessures ne pourraient être soignées si celle-ci restait à vif. Néanmoins, elle essayerait, elle fairait tout son possible pour l'aider à apaiser son esprit. Autant pour lui que pour Étoile de Mandragore.

Le matou bougea imperceptiblement et eut soudain une grimace. La doyenne devina qu'il avait tenté de se déplacer, certainement pour trouver une position plus confortable, et que cela s'était révélé douloureux. Enfin, il soupira une nouvelle fois avant de relever le regard vers elle.

« C'est Étoile de Mandragore qui t'a amené ici n'est-ce pas? Il s'inquiète pour rien...  »

La guérrisseuse eut un doux sourire.

« Je n'en suis pas si sûre. »

Déroulant sa queue d'autour de ses pattes, elle se pencha pour trier ses herbes devant le matou et écarta plusieurs feuilles du tas dont une large feuille de chêne qu'elle déroula pour en faire tomber des morceaux d'écorce pilés. Prenant son temps, elle repoussa le reste du tas dans son coin et rassembla les plantes qu'elle avait choisit devant elle. Elle se mit alors à déchiqueter méthodiquement les feuilles et racines en petits bouts puis les mélangea avec les pépites d'écorce avant de mâcher le mélange et de le pétrir jusqu'à en faire une sorte de pâte. Enfin, elle releva la tête et reprit la parole.

« Moi je crois que tu as du mal à t'endormir et que ce n'est pas seulement à cause de cette vilaine blessure que je vois là. Elle a grand besoin de soins, mais j'imagine que si elle est dans cet état c'est pour une bonne raison. Je ne vais pas te forcer à me laisser la regarder si tu n'en a pas envie, je respecte cela. Mais je pense que ton existence serait déjà grandement facilitée si tu acceptais de manger ceci au moins trois fois par jour. »

La féline poussa doucement la pâte vers l'ancien, même si elle doutait que cela serait si facile. Puis se rappelant qu'elle ne parlait pas à un novice, elle lui détailla gentiment les ingrédients de sa préparation. Le matou apprécierai certainement de savoir ce qu'il avalait.

« Il y a ici, entre autres, de la camomille afin d'apaiser ton esprit, quelques graines de pavot, du thym et de l'écorce de Saule qui calmeront toute douleur. »

Voilà qui était une première étape.


Lieutenante du Clan de la Brume
avatar
LunyLieutenante du Clan de la Brume
Messages : 113Date d'inscription : 09/02/2015
MessageSujet: Re: Je vais bien, ce n'est pas parce que j'ai mal et que me lever est difficile que je ne fonctionne plus.. ne t'en fais pas mon cher, je vivrais encore plusieurs lunes, assez pour te voir rejoindre ma tanière | ft. Luna    Jeu 30 Avr - 1:43



L'ancien du Clan de la Brume était là, à attendre, observant Pistache Ambrée sans savoir quoi faire, quoi dire. Étoile de Mandragore avait raison de s'inquiéter, il le savait aussi bien que la guérisseuse le savait, mais jamais Sing ne l'admettrait. Jamais il n'admettrait que peu à peu, il faiblissait réellement et que même sa détermination commençait à s'évaporer, à s'en aller. Cette détermination s'en allait au fil des jours, au fil de la dégradation de sa condition physique, mais il ne voulait pas l'admettre, l'avouer, paraître faible devant les autres. Il ne voulait pas qu'on le voit capituler, ce n'était pas dans ses valeurs, dans son code d'honneur. Alors il continuerait de faire comme s'il allait bien, du moins essayer, sans jamais capituler, jusqu'à ce que la douleur mentale et physique aient raison de lui, parce que c'était ainsi et qu'abandonner, ce n'était pas dans ses moyens. Et jamais au grand jamais ce ne serait dans ses moyens, il n'en serait pas capable, il ne serait pas capable d'envisager de tout laisser tomber et avouer qu'il devenait faible et inutile. Être inutile... comment pourrait-il envisager le simple fait de devenir inutile, de ne plus pouvoir rien faire pour le Clan qui s'était montré si clément envers lui auparavant? Il ne le supporterait pas. Il ne l'accepterait pas. Et cette simple idée faisait briller ses yeux d'une détermination qui ne faiblissait jamais, du moins, faiblissait pour revenir avec une force phénoménale. C'était ça, ce qui lui permettait de demeurer aussi fort et fier, aussi indépendant et borné, c'était cette pensée que sans ça, il devenait inutile au Clan de la Brume.

Tout son passé revenait avec force. Tout son passé le frappait de plein fouet en cet instant. Les cicatrices extérieures n'avaient rien à envier avec celle qui détruisait son âme, qui le bouffait, le grugeait petit à petit, dans le seul optique de ne plus rien laisser de sain en lui. Et tout semblait lui brûler à l'intérieur, tout lui brûlait, mais ça n'avait absolument aucun rapport avec les blessures qui ravageaient son physique. Absolument rien. Ce n'était que psychologique, mental. Une blessure qui ne pouvait pas réellement être soignée par des plantes, quelque chose qui était bien plus à vif que la longue coupure qui parcourait son flanc et ne cessait de se rouvrir ces derniers jours. Son âme était entièrement anéanti et tout ne faisait qu'aller de pis en pis au fur et à mesure que son esprit déraillait et le replongeait dans les souvenirs, surtout quand ceux-ci revenaient à l'époque où sa mère était vivante ou encore où sa défunte compagne se faisait tuer. Parce que tout lui revenait avec force et le désespoir l'envahissait tandis qu'il se sentait de nouveau là, dans ces moments, dans ces moments qui lui avaient tant fait de mal auparavant et qui continuaient à lui en faire.

Sing regarda la guérisseuse qui eût un doux sourire à la réplique de l'ancien et il ne put se retenir de sourire légèrement. Et elle parla. Le doyen du Clan fit attentif. Elle avait raison, mais il ne le dirait jamais. Et puis, il la regarda dérouler les herbes et fut pris d'un frissons qui lui fit également mal. Elle découpa les plantes et les mâcha. Lui, il demeurait dans un silence profond, attendant qu'elle finisse, sachant déjà qu'il allait refuser les soins dans un premier temps. Il n'était qu'un vulgaire ancien, il fallait que cette chatte garde les plantes pour des cas bien plus importants au sein de son propre Clan. Et pourtant, il lui semblait que quelque chose allait recommencer. Il n'aurait su dire quoi, mais ça ne lui disait absolumemt rien qui vaille. L'ancien gardant le silence en tentant de faire taire cet instinct qui le dérangeait et regardait la chatte qui faisait ce qu'elle avait à faire lorsqu'elle eût finit et se mit à parler.

Chant Oublié lécouta respectueusement, tout en ne pouvant s'empêcher de se dire que la guérisseuse était bien loin de se tromper, mais qu'il ne voulait pas qu'elle utilise ses remèdes pour un ancien alors que de jeunes guerriers en auraient bien de besoin un jour. Il ne souhaitait pas qu'on gaspille quelque chose de précieux, sa vie n'était qu'illusoire. Alors qu'il s'apprêtait à répliquer pour lui dire de laisser faire, de ne pas tenter de le soigner et de garder ses plantes, elle se remit à parler en expliquant le remède. Il se doutait qu'elle se mettait ainsi d'égal en égal et il eut un doux sourire de nouveau. Mais ce n'était pas pour autant qu'il allait accepter les soins. Alors, il prit sur lui et fit fi de la douleur en se levant, manquant de tomber. La souffrance irradiait dans tout son corps tandis qu'il tremblait, mais têtu il ne se laissa pas retomber. Il ne voulait pas qu'on prenne des plantes afin de soigner un cas perdu d'avance...

- Garde...commença Sing dont la voix avait coupée tant l'effort était intense. Tes remèdes... pour ceux qui en ont de besoin. miaula-t-il finalement avant de se rassoir, forcé de reconnaître la faiblesse de ses membres.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Je vais bien, ce n'est pas parce que j'ai mal et que me lever est difficile que je ne fonctionne plus.. ne t'en fais pas mon cher, je vivrais encore plusieurs lunes, assez pour te voir rejoindre ma tanière | ft. Luna    

 
Je vais bien, ce n'est pas parce que j'ai mal et que me lever est difficile que je ne fonctionne plus.. ne t'en fais pas mon cher, je vivrais encore plusieurs lunes, assez pour te voir rejoindre ma tanière | ft. Luna
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Oréal, parce que vous le valez bien [PV Jack]
» Antiope - Je ne tiens pas assez à la vie pour craindre la mort...
» Un balais pour mon fils ! [matin] [Pv Martin]
» Une fleur de Lys pour l'Allumeuse Royale
» Aleks ∞ Soit on meurt en héros, soit on vit assez longtemps pour se voir endosser le rôle du méchant.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cats Destiny :: CLAN DE LA BRUME :: Camp :: Tanière des Anciens-